Paris Gallery Week-end : parcours et incontournables

Wolfgang Tillmans, Lumière du matin, Chantal Crousel galerie

On sait à quel point les galeries ont été impactées par cette crise et leur faculté de résistance se mesure à présent avec une mobilisation forte pour le Paris Gallery Week-end qui rassemble exceptionnellement 127 galeries et dont Florence Bonnefous (Air de Paris) membre active, nous a détaillé lors de son précédent interview le nouveau board réunissant des membres du Comité professionnel des galeries d’art, CGPA présidé par Marion Papillon.

Les parcours s’organisent autour de 7 personnalités qui ont déclinés leurs choix. Le Marais avec 4 parcours, Saint-Germain-des-Prés, Belleville, le 8ème arrondissement avec l’arrivée de poids lourds du secteur (White Cube, Perrotin..) et PantinRomainville pour le Grand Paris sont fléchés avec des propositions majeures.

Feuille de route et incontournables :

Francis Alÿs, David Zwirner

Alors qu’il vient d’être nommé pour représenter son pays à la prochaine Biennale de Venise, l’artiste belge est l’objet d’un solo show magistral chez David Zwirner. Une première en France autour de ses séries emblématiques qui a déjà voyagé dans plusieurs institutions internationales. “Don’t Cross the Bridge Before You Get to the River” vous emporte de Kaboul à Tanger ou Gibraltar dans de subtiles allégories où il est question de frontières et de tolérance, de perte et de rémission, d’enfance et de doute.

Francis Alÿs Don’t Cross the Bridge Before You Get to the River David Zirner

Wolfgang Tillmans, Chantal Crousel

C’est l’un des temps forts également. Lumières du matin dans une installation conçue en réponse à l’espace est une ode au temps qui passe, au grain de la peau, à la matière veloutée d’un jeans, une tulipe qui penche d’un vase, les écrans, beaucoup d’écrans du confinement.. A noter qu’ il prépare une prochaine exposition au MoMa en 2022.

Alicja Kwade CCC OD exposition 2019 01 31

Alicja Kwade/ Louise Nevelson face à face, kamel mennour

Si Louise Nevelson fait partie de l’hommage du Centre Pompidou aux femmes de l’abstraction, elle a du attendre longtemps la reconnaissance étant donné sa relation conflictuelle avec l’Ecole de New York et sa relative ostracisation par Clement Greenberg. Alicja Kwade qui a aussi émigré de son pays d’origine va réagir en contrepoint des sculptures de son ainée. Sa remarquable installation pour le CCC OD avait marqué les esprits et elle est sélectionnée pour la Biennale d’Helsinki qui se tiendra du 12 juin au 26 septembre 2021.

Hubert Duprat, trichoptères

Hubert Duprat, Art Concept

Il nous fascine lors de son exposition au Musée d’art moderne de Paris avec notamment le travail des larves de trichoptères qui deviennent les ouvrières de l’or et des matières précieuses, selon un procédé unique que l’artiste a breveté. Il a conçu leur éduction d’orfèvres à travers ce geste qui rejoint toute sa démarche autour d’une fascination pour le merveilleux de la nature.

Vue d’installation, Louise Bourgeois, Galerie Karsten Greve, Paris 2021. Photo: Nicholas Brasseur

Louise Bourgeois, Karsten Greve

Cette nouvelle exposition se concentre sur les oeuvres réalisées par Louise Bourgeois entre 1946 et 2007. La maternité, la femme-maison, les totems jusqu’à la série de sculptures en aluminium. Bronze, plâtre, latex, textile, spirales, circonvolutions, cercles.. autant de dualité et d’ambiguïté, de secrets.

Aurélie Pétrel, galerie Ceysson & Bénètière Paris

Aurélie Pétrel, Ceysson & Bénètière

Alors que la galerie Ceysson & Bennetière ouvre un nouvel espace à Lyon, le 6ème, sur la presque île dans un bâtiment signé Willmotte, à Paris, l’artiste Aurélie Pétrel poursuit une exploration du medium photographique en rapport avec l’architecture et d’autres supports non conventionnels. Elle avait transformé le Centre Photographique Ile de France en gigantesque labo photo. Le commissaire Etienne Hatt (Art press) se penche sur une sélection d’une centaine de prises de vue latentes, série qui se déroule sur 20 ans.

Julie Navarro, Liusa Wang

Première exposition qui se joue comme une partition architecturale entre la mezzanine et la peinture monumentale sur moustiquaire dont les variations diaphanes donnent le vibrato. Des sculptures en terre de tourbe du Limousin, des peintures d’argile, des inaperçus, autant de haïku atmosphériques et sensibles.

Dans l’oeil de Daniel Pommereulle, Galerie Christophe Gaillard

Un dialogue orchestré par la chercheuse et doctorante à l’Ecole normale supérieure, Armance Léger qui a réuni une pléiade d’artistes remarquables entre Man Ray, Rebecca Horn, Max Ernst, Lucio Fontana..

Komunuma :

Marcelle Cahn, Jocelyn Wolff

Les collages sur carte postale réalisés en 1972 sont l’une des merveilles de cette autre grande dame de l’abstraction redécouverte. Entre Dada et Pop art elle fait partie également du panorama du Centre Pompidou.

Romain Kronenberg, Sator galerie

“Tout commence en 2017 à Procida, une petite île au large de Naples où je suis en vacances. Alors que je me promène dans les méandres de l’île, je repère, dans une petite boutique d’objets de seconde main, un magnétophone aux touches de couleur que j’aime immédiatement et que j’adopte. De retour dans la maison de vacances, j’écoute la cassette qui y est logée (..)” Romain Kronenberg nous entraine dans un roman sous la forme d’une enquête dont BOAZ le héros a laissé des traces dans toute la galerie.

Karine Hoffman, Galerie Dix9 Hélène Lacharmoise

Deuxième exposition personnelle de l’artiste à la galerie avec ses peintures les plus récentes et ses toute nouvelles expérimentations de sculpture en céramique, “fragments solides extirpés de la peinture dont elles sont les scories”. Objets mystérieux souvent, partiellement émaillés et assemblés avec des materiaux bruts tels la brique ou le plâtre.

Signature de la monographie de l’artiste “Blazing Sun”

Lulù Nuti, Chloé Salgado

Entre présence et effacement, ces images lucioles deviennent un terrain amer, paysages de l’âge du fer hostiles et séduisants.

8/9ème arrondissement :

De l’air, 313 Art Project

La galerie poursuit son dialogue entre la Corée et les grands artistes occidentaux avec la création de son antenne parisienne en 2019. Les dessins de Xavier Veilhan postés pendant tout le confinement dialoguent avec les photographies de Giovanni Ozzola et la peinture de Je Yeoran.

Brian Calvin chez Almine Rech

Ce 2ème espace parisien de la galerie a été inauguré en janvier 2021. Le titre More Days renvoie à la période de réclusion traversée. L’on retrouve ses personnages aux longs nez et grands yeux presque hors champ, entre Pop et abstrait. Entre Matisse, Picasso, Balthus ou Robert Crumb.

Carla Accardi et Dadamaino, Tornabuoni Art

Tornabuoni qui se concentre à présent sur sa galerie de Matignon propose un dialogue entre deux artistes italiennes également présentes dans l’exposition du Centre Pompidou : Carla Accardi (1924-2014) et Dadamaino (1930-2004).

Infos pratiques :

Paris Gallery Week-end

3-6 juin

Comité Professionnel des galeries d’art

Paris Gallery Weekend