test
Accueil A LA UNE Ensor 2024 : Interview Dominique Savelkoul, Mu.ZEE : « Ostende est Ensor, Ensor...

Ensor 2024 : Interview Dominique Savelkoul, Mu.ZEE : « Ostende est Ensor, Ensor est Ostende » 🎧

James Ensor, Roses, 1892, Royal Museum of Fine Arts of Belgium, Brussels

L’année 2024 marque le 75ème anniversaire de la mort d’Ensor dans la ville d’Ostende. Une célébration qui promet d’être exceptionnelle avec des résonnances à Ostende, Anvers et Bruxelles. Le lancement se fait à Ostende dans sa ville natale à travers de nombreuses manifestations dont à La Maison James Ensor (Ensor Huis), entreprise familiale et immense source d’inspiration pour l’artiste qui puise énormément dans sa biographie. Mu.ZEE est tout naturellement au cœur de cette célébration, détenant pas moins de 370 œuvres du maître, avec l’exposition : « James Ensor et la nature morte en Belgique (1830 – 1930) » sous le commissariat du Dr Bart Verschaffel et Sabine Taevernier assistés du Dr r Stefan Huygebaert, conservateur du Mu.ZEE. Outre une section centrale qui réunit une cinquantaine d’œuvres d’Ensor dédiées à ce genre, le parcours très dense (trop ?), offre des regards croisés d’artistes belges dits modernistes, contemporains ou suiveurs, comme Léon Spilliaert, Rik Wouters, Gustave Van de Woestyne, René Magritte… avec un accent mis sur les femmes telles que qu’Alice Ronner, Georgette Meunier ou Marthe Donas, certaines redécouvertes. Ce parti pris scénographique permet de comprendre comment Ensor est capable de se renouveler au sein d’un même motif, donnant à ce genre longtemps considéré comme mineur, ses lettres de noblesse. Après un succès exceptionnel pour l’exposition Anna Boch qui a franchi un record avec 93 000 visiteurs, Dominique Savelkoul, directrice, se réjouit que les festivités liées à Ensor commencent à Ostende au sein de Mu.ZEE. Elle revient sur les ambitions qui l’animent, le volet contemporain avec l’installation d’Agaia Konrad, la vie de la collection et la fermeture prévue en 2025. L’occasion de mener alors un important travail de recherche autour du catalogue de la collection. Elle a répondu à mes questions.

Retour et bilan de l’exposition Anna Boch qui est présente dans l’exposition nature morte et James Ensor

C’était une très belle aventure qui a dépassé nos ambitions en termes de nombre de visiteurs totalisant 93 000 visiteurs, ce qui nous a un peu surpris même si l’histoire le justifiait largement. A la fois l’histoire de la redécouverte d’une femme peintre et d’une femme collectionneuse visionnaire qui avait acquis Gauguin, Seurat… Une personnalité très intéressante que l’on aurait aimé connaitre, comme une amie très indépendante qui roulait à vive allure à bord de sa voiture et voyageait partout en Europe. Tous ces facteurs expliquent cet énorme succès pour nous allant jusqu’à des phénomènes parisiens avec des files d’attente d’1h30 devant l’entrée ! Une magnifique expérience.

James Ensor, Masque et crustacées, 1891, KMSKA Anvers

En quoi cet éclairage sur Ensor et la nature morte en Belgique permet-il une redécouverte de certains aspects de la création de cet immense artiste ?

Cela se joue à plusieurs niveaux.

Tout d’abord je suis très contente que l’année Ensor commence ici, car comme je le dis toujours « Ensor est Ostende et Ostende est Ensor », les deux sont tellement liés et de plus Ensor est l’une des icônes de notre collection. De plus la collaboration entre les deux commissaires extérieurs et notre commissaire interne a été remarquable. Un travail de recherche académique que l’on ressent. Quant au thème de la nature morte, il concerne le quart de la production d’Ensor, ce que l’on a sans doute oublié, tout le monde pensant aux masques et autres peintures très connues. Ce focus devient dès lors une découverte.

Nous avons Ensor en perspective avec l’histoire de la nature morte en Belgique de 1830 à 1930 avec d’une part des tableaux dont Ensor a pu s’inspirer, puis ses contemporains et amis, et enfin des artistes très connus qui ont été influencés par Ensor. Un dialogue qui nous a permis de ressortir des toiles ou d’en emprunter d’autres avec un accent mis sur les femmes.

Cette place s’explique car c’était un genre qui leur convenait car elles ne faisaient malheureusement pas partie des académies.

James Ensor, Pierrot et squelette en robe jaune, 1893, Musée des Beaux-arts, Gent

Aglaia Konrad, « Kammerspiel » quelle est la genèse du projet ?

Nous nous sommes réinventés en quelque sorte il y a 3 ans à travers une programmation annuelle cohérente avec d’une part un focus sur notre propre collection soit une histoire de l’art belge, et en plus deux grandes expositions, une l’hiver, l’autre l’été. C’est un rythme qui convient à notre équipe et je pense aussi à nos visiteurs. Mais nous souhaitons aussi nous inscrire dans l’actualité même ostendaise notamment autour de la Biennale de photographie proposée par Ostende. C’est à cette occasion que nous avons choisi l’artiste Aglaia Konrad. Ce qui s’est révélé un bon choix. Autrichienne basée depuis longtemps à Brucelles, elle nous apporte un clin d’œil contemporain actuel dont on a besoin pour inscrire notre programmation dans l’art d’aujourd’hui.

Léon Spilliaert, Vase et coquillage, 1911, collection privée via galerie Philip Seghers. Photo Steven Decroos

La vie de la collection

Nous allons fermer en 2025 pour travaux avec après Ensor, un focus sur notre exposition permanente. Nous allons rouvrir en 2028 ce qui va nous laisser le temps de réfléchir sur notre façon de travailler et de commencer à nous pencher sur des thèmes qui sont très importants à commencer par notre catalogue raisonné, encore inexistant. Cela donnera lieu à un grand travail de recherche. Nous serons présents à la fois à Ostende mais aussi en Belgique et à l’étranger à travers nos prêts. Cela permet de continuer à exister. Cette période nous donnera l’occasion de nous concentrer sur la période de 1880 à nos jours avec une liste d’acquisitions d’artistes non encore présents dans la collection avec parfois un travail de rattrapage à faire en ce qui concerne notamment les femmes.

Dominique Savelkoul en écoute FOMO_Podcast 🎧

Catalogue « James Ensor et la nature morte en Belgique (1830 – 1930) » Fonds Mercator, 192 pages, 45 €, disponible à la librairie du musée

Numéro spécial « Le biotope du peintre, James Ensor au Mu.ZEE », OKV

Infos pratiques :

James Ensor et la nature morte en Belgique (1830-1930)

Rose,

Rose,

Rose à mes yeux.

Jusqu’au 14 avril 2024

Aglaia Konrad, Kammerspiel

https://www.muzee.be/fr

Déroulé de l’année Ensor :

Ostende :

Maison James Ensor : Autoportraits

Du 21.03.24 au 16.06.24

Satire, parodie, pastiche

Du 19.09.24 au 12.01.25

Galeries Vénitiennes : Ostende, le paradis imaginaire d’Ensor

Du 29.06.24 au 27.10.24

 & Festival Urbain

Anvers : 4 musées au diapason !

KMSKA « Les rêves les plus fous d’Ensor. Au-delà de l’impressionnisme »

Du 28.09.24 au 19.01.25

Maison Plantin-Moretus « La quête de lumière d’Ensor. Expériences sur papier »

Du 28.09.24 au 05.01.25

FoMu « Cindy Sherman. Anti-fashion »

Du 28.09.24 au 02.02.25

MoMu « Mascarade, Maquillage & Ensor »

Du 28.09.24 au 19.01.25

Bruxelles :

KBR : James Ensor inspired bu Bruxelles

22.02.24 au 02.06.24

BOZAR : James Ensor, Maestro

Du 29.02.24 au 23.06.24

Ensor 2024 – Maak je keuze / Make your choice | Ensor 2024

https://visit.antwerpen.be/fr

Organiser votre venue :

https://www.visitflanders.com/

https://www.eurostar.com/fr

Gastronomie : à la table d’Ensor au Cultuur Café/ De Grote Post dans le cadre magnifique de ce bâtiment moderniste.