Jérémy Gobé : l’art au service de l’urgence climatique, Courants Verts fondation EDF 🎧

Corail Artefact-sculpture 6, 2019 squelette de coraux dentelle en coton, enduit durcissant écologique, peinture à l’eau sans solvant image : Thomas Granovsky courtesy Jérémy Gobe, collection privée

« Très peu de gens aujourd’hui s’intéressent à l’art contemporain en partie parce qu’ils ont l’impression que ce n’est pas pour eux, que cela ne fait pas partie de leur vie. Or moi ce je défends c’est un art qui est dans la vie. La seule manière de recréer ce lien, c’est l’action. Dépasser le stade de lanceur d’alerte depuis son atelier (…) »

Persuadé et il le prouve, que l’art peut se mettre au service de l’urgence climatique, l’artiste Jérémy Gobé avec le projet Corail Artefact qui associe art, science, industrie et éducation réagit face à l’impact du réchauffement climatique sur la barrière de corail, véritable barrière naturelle des tsunamis et de la montée des eaux, en utilisant une résille textile biodégradable issue de la dentelle comme support de régénération du corail.

Corail Artefact

Une idée puisée lors de sa découverte de la dentelle du « point d’esprit » du Puy-en-Velay dans l’usine la Scoop Fontanille (résidence de création) qui a donné lieu à un protocole scientifique inédit et la création d’un fonds de dotation pour développer la recherche aux côtés d’Isabelle Domart-Coulon, spécialiste des coraux au Museum d’histoire naturelle. Jérémy Gobé fait partie des artistes réunis par Paul Ardenne autour de l’exposition « Courants Verts, créer pour l’environnement » pour l’espace Fondation EDF, dans la section agir aux côtés de Joseph Beuys, Thierry Boutonnier, Couturier Lafargue, Olga Kisseleva, Barbara et Michael Leisgen, Lucy + Jorge Orta. Si Jérémy Gobé est persuadé que l’art contemporain s’est déconnecté en partie des gens, la responsabilité en revenant au milieu de l’art, il est temps alors de renverser la tendance et de relier l’art aux enjeux de la société et du quotidien de chacun.  

Corail Artefact, Museum d’histoire naturelle

Une démarche non seulement qui a du sens mais aussi de l’esthétique à en juger ses magnifiques sculptures que nous avions découvertes notamment au Centquatre en 2013, dont la fascinante « Liberté guidant la laine » (exposition Etats limites). L’artiste a répondu à nos questions et est revenu sur le bilan qu’il dresse de cette période d’alerte et de crise.

En écoute FOMO_Podcast 🎧

Le travail de Jérémy Gobé traduit une vision d’un art “dans la vie”. Il va à la rencontre des ouvriers sans ouvrages et des matières sans ouvriers, des objets sans usage et des ouvrages non façonnés. Au fil de ses expositions en France (Palais de Tokyo, CENTQUATRE-Paris, Fondation Bullukian, etc.) et à l’international (Bass Muséum Miami, Hangzu China Muséum, Shanghai Yuz Museum, etc.), ses œuvres proposent une reconnexion avec la nature. A l’instar du verbatim d’Auguste Rodin : “un art qui a de la vie ne reproduit pas le passé, il le continue”, Jérémy Gobé, s’inspirant des savoir-faire anciens, imagine des solutions globales aux problématiques contemporaines. Depuis 2017 il crée Corail Artefact, un projet art science industrie pour sauver les barrières de corail. 

Infos pratiques :

Courants Verts, créer pour l’environnement

Jusqu’au 31 janvier 2021

Espace Fondation EDF

6 rue Récamier 75007 Paris

Catalogue aux éditions Le Bord de l’eau-collection La Muette

En savoir plus sur :

https://www.corailartefact.com/

https://www.jeremygobe.info/

Corail Artefact, Jérémy Gobé – photo Manuel Obadia Wills