🎧Rencontre avec Olivier Cavil, directeur de la communication du groupe Pernod Ricard -Paris Photo

0livier CAVIL 07-04-2014

C’est Ă  l’occasion de la 10 Ăšme carte blanche et 44 Ăšme campagne artistique du groupe Pernod Ricard confiĂ©e cette annĂ©e au photographe StĂ©phane LavouĂ©, que nous rencontrons Olivier Cavil, directeur de la communication du groupe depuis 2009. Ex publicitaire (TBWA), Olivier Cavil est diplĂŽmĂ© Sciences Po Paris et titulaire d’un DESS Marketing. Sa signature « crĂ©ateur de convivialitĂ© ». Preuve en images et quelques questions auxquelles il a bien voulu nous rĂ©pondre en toute sincĂ©ritĂ©.

  1. Avec quels sentiments prĂ©sentez-vous cette 10 Ăšme carte blanche, 44 Ăšme campagne artistique et le film qui l’accompagne dans le cadre prestigieux de Paris Photo ?

Mes sentiments sont de plusieurs intensitĂ©s. C’est tout d’abord un sentiment de fiertĂ© pour ce temps fort pour nous oĂč l’on dĂ©voile cette belle campagne qui met en avant nos collaborateurs depuis 10 ans.

Egalement un sentiment de joie pour cet anniversaire confiĂ© Ă  StĂ©phane LavouĂ© qui s’inscrit dans la continuitĂ© de ces grands photographes Ă  qui l’on confie nos cartes blanches et campagnes. Et enfin beaucoup d’impatience et de curiositĂ©, le plus beau Ă©tant la rĂ©action de tous ces amateurs de photographie qui viendront les premiers dĂ©couvrir et j’espĂšre avec beaucoup de plaisir, ĂȘtre tentĂ©s de comprendre l’histoire que nous avons cherchĂ© Ă  raconter.

Olusola Banjoko, Trade Marketing Executive – Pernod Ricard Nigeria & Zashi Duma, Restauratrice EndFragment – Lac Lugu, Chine, CommunautĂ© Musuo © StĂ©phane LavouĂ© pourPernod Ricard, Carte Blanche 2018-2019

2. TrÚs impliqué dans chaque commande photographique, quel souvenir de shooting est-il l le plus marquant à vos yeux ?


Le souvenir le plus marquant pour moi de ces 10 ans, remonte Ă  l’annĂ©e derniĂšre Ă  l’occasion de la campagne de Kourtney Roy oĂč nous avions investis un village fantĂŽme d’un far west amĂ©ricain Ă  l’est de Las Vegas et tout Ă  coup au milieu de nulle part l’une des plus jolies fĂȘtes auxquelles j’ai pu assister, un barbecue improvisĂ© qui rĂ©unissait ce qui incarnait le mieux l’esprit de cette campagne.
Pour rĂ©sumer, cette campagne rassemble des collaborateurs du monde entier, venant de tous les horizons possibles et occupant des fonctions trĂšs variĂ©es, qui se rencontrent pour la premiĂšre fois avec comme seul lien de travailler pour le groupe. S’est alors opĂ©rĂ©e cette sorte d’alchimie que l’on remarque Ă  chaque campagne, des collaborateurs ne se connaissant pas mais partagent un sentiment de joie sincĂšre et authentique par l’intermĂ©diaire du photographe qui rĂ©ussit Ă  crĂ©er une ambiance de convivialitĂ© unique. L’annĂ©e derniĂšre a Ă©tĂ© certainement la plus belle illustration de cet esprit.

Go to the Extra Mile : Pernod Ricard X Kourtney Roy

3. En quoi la photographie est-elle un support et vecteur idéal au service des valeurs du groupe Pernod Ricard ?


Si l’on remonte Ă  la genĂšse de notre choix pour la photographie comme mode d’expression, la photographie faisant partie maintenant de l’un de nos axes de mĂ©cĂ©nat artistique au mĂȘme titre par exemple que la Fondation Ricard pour l’art contemporain ou le Centre Pompidou dont nous sommes mĂ©cĂšne historique, elle l’un des meilleurs vecteurs des valeurs du groupe pour une raison assez simple qui en fait aussi la complexitĂ© : tout le monde Ă  prĂ©sent a un appareil photo dans les mains mais tout le monde n’est pas photographe. Ce constat nous permet premiĂšrement de remettre en avant la notion d’excellence du savoir-faire, un photographe porte ce regard singulier Ă©tant un
artisan de la photographie, un artisan de la crĂ©ation. Tout le monde n’est pas photographe au mĂȘme titre que tout le monde n’est pas chef de cave ou distillateur.
DeuxiĂšmement, la photographie ne triche pas, ou tout du moins elle n’est pas censĂ©e le faire. Elle est censĂ©e ĂȘtre vraie, mĂȘme si l’on parle aujourd’hui souvent de retouches et autres subterfuges et que l’on peut faire dire beaucoup de choses Ă  une image. La photographie est dans ce rapport au rĂ©el moins prĂ©gnant que dans d’autres expressions artistiques. Ce rapport au rĂ©el d’authenticitĂ© et de vĂ©ritĂ© qui rejoint ce que souhaitons mettre en avant dans ce que nous vendons, qui ne se rĂ©sume pas Ă  des produits alcoolisĂ©s mais Ă  des moments de partage authentiques que l’on souhaite d’ailleurs
trĂšs souvent immortaliser par une photographie !
Et enfin quel meilleur exercice pour venir porter les visages et incarner, donner de la chair Ă  ce cĂŽtĂ© trĂšs corporate et figĂ© que peut ĂȘtre la vision que l’on a d’un groupe Ă  travers son rapport annuel. Nous venons d’ailleurs de remporter le Prix du rapport annuel qui est Ă©minemment liĂ© Ă  la campagne photographique et qui vient s’ajouter Ă  la trentaine de prix remportĂ©e ces 10 derniĂšres annĂ©es autour de ces rapports.

Go to the Extra Mile : Pernod Ricard X Kourtney Roy

4. Directeur de la communication, quelles compĂ©tences mettre en Ɠuvre au quotidien pour
anticiper dans un monde de l’immĂ©diatetĂ© ?


J’aimerais beaucoup avoir chaque matin une rĂ©ponse tranchĂ©e et nette sur le sujet !
Le directeur de communication est tout d’abord un expert et beaucoup de gens l’oublient, beaucoup cherchant Ă  s’autoproclamer dircom et surtout quand tout va bien. Il est un expert des sujets et techniques de communication. De plus le dircom est celui qui a la capacitĂ© aujourd’hui Ă  prendre du recul et ne pas succomber aux sirĂšnes de l’immĂ©diatetĂ©. L’immĂ©diatetĂ© c’est l’instantanĂ© et l’impulsivitĂ©. L’un des rĂŽles du dircom est d’avoir une vision, une vision claire et Ă  long terme, de ne pas y dĂ©roger et se laisser distraire par l’immĂ©diatetĂ© pour construire cette vision avec l’ensemble des outils qui sont Ă  sa portĂ©e. Il doit ĂȘtre le garant de cette vision auprĂšs de ses dĂ©codeurs Ă  la fois internes (la direction gĂ©nĂ©rale) et externes. Il doit jouer ce rĂŽle de gardien du temple et de la rĂ©putation de la marque qu’il dĂ©fend et s’inscrire dans la durĂ©e.

5. A quand remonte votre premier choc esthétique ?


Mon premier choc esthĂ©tique est plutĂŽt de l’ordre intellectuel je dois dire et remonte Ă  mes annĂ©es d’études en philosophie par le biais d’un livre qui ne m’a jamais vraiment quittĂ© depuis, qui peut sembler assez abscons au dĂ©part, dont le titre original en allemand est : Kritik der Urteilskraft (Critique de la facultĂ© de juger) de Kant oĂč il tente de dĂ©finir le beau, ce qui participe ou non de l’esthĂ©tique. Et je n’ai jamais trouvĂ© meilleure dĂ©finition que la sienne : le beau s’impose Ă  vous et ne s’explique pas. Le gĂ©nie ne peut ĂȘtre cantonnĂ© dans un process rationnel, le beau s’impose et c’est pourquoi l’on crĂ©Ă© des musĂ©es pour offrir les conditions ultimes de cette expĂ©rience.


Merci et rendez-vous donc avec impatience Ă  Paris Photo,

 Hanna Hall, Manager Industrial Engineering – The Absolut Company
Sumiko Iwamuro, DJ. Tokyo Japon.
© StĂ©phane LavouĂ© pour/for Pernod Ricard


Nous vous y accueillerons avec beaucoup de convivialité !

En Ă©coute :🎧

Olivier Cavil, directeur de la communication du groupe Pernod Ricard

« Seriously convivial »
Paris Photo
7 au 10 novembre

https://www.pernod-ricard.com