test
Accueil A LA UNE La magistrale « Retenue » de l’histoire par Kapwani Kiwanga pour le Capc

La magistrale « Retenue » de l’histoire par Kapwani Kiwanga pour le Capc

Vue de l’exposition “Retenue” de Kapwani Kiwanga au Capc, Bordeaux, 2023.

© Arthur Pequin

Sandra Patron nous avait dévoilé dans un entretien récent l’ambitieux projet mené avec l’artiste canadienne Kapwani Kiwanga à l’occasion des 50 ans du Capc.

Point d’orgue de l’ensemble des évènements proposés à cette occasion, le geste in situ de l’artiste s’inspire des histoires visibles et invisibles du lieu. Entrepôt de denrées coloniales le Capc devenu l’un des premiers centres d’art en France, porte les stigmates de ce passé que Kapwani Kiwanga relie également à La Garonne, voie de transport essentielle pour le commerce via l’océan Atlantique. De plus l’artiste et Sandra Patron commissaire de l’exposition ont mis à jour un secret bien gardé : l’existence d’un deuxième Capc selon l’habitude prise à Bordeaux au XVIII ème siècle de se protéger contre les effets de la marée par la construction d’un bâtiment double souterrain sur pilotis. Une découverte qui a été l’ élément déclencheur du projet. C’est ainsi que des rideaux fontaines par un ingénieux système hydraulique matérialisent le son des gouttes qui tombent alors que ces arches bleues en demi cercle reprennent la couleur symbolique de l’indigo. Faits en cordes artisanales (corderie Palus Brives-Lagaillarde) ces murs traversants et flottants viennent ponctuer l’architecture minérale de l’architecte Claude Deschamps. 

ue de l’exposition “Retenue” de Kapwani Kiwanga au Capc, Bordeaux, 2023.
© Arthur Pequin

Comme un dysfonctionnement de la mémoire qui vient résonner à nos consciences et transperce les parois. Une vague qui ondule selon le principe vibratoire de l’Op art même si l’artiste ne se reconnait pas dans ce clin d’oeil à Soto. Fertiliser l’histoire par des « incisions chirugircales » et subvertir le rapport à l’autorité induit par la monumentalité comme le souligne Sandra Patron. Non pas réparer le passé mais en interroger les dynamiques invisibilisées ou marginalisées. 

Ce geste de l’ordre de l’impermanence rejoint d’autres interventions in situ magistrales de Louise Bourgeois à Annette Messager en passant par Leonor Antunes ou Samara Scott plus récemment. 

Lauréate du Prix Marcel Duchamp 2020, Kapwani Kiwanga représentera le Canada à la prochaine Biennale de Venise. L’on se souvient de sa brillante installation dans l’Arsenale pour Cecilia Alemani autour de grands rideaux semi transparents dans ce qui ressemblait à un labyrinthe dont les sculptures de verre étaient crées dans du sable issu de productions pétrolifères.

Ouvrir de nouveaux imaginaires, générer de nouveaux récits, pointer les structures de domination afin que chacun puisse se les approprier et inventer sa propre histoire.

A venir au Capc : Grand WE anniversaire les 23 et 24 septembre 

Autoportrait d’un musée en 22 entretiens

Commandes spéciales aux artistes : Jessie Darling, Anne Le Trotter Laetitia Badaut Haussman

Relire l’interview de Sandra Patron (lien vers)

Relire mon interview de Kapwani Kiwanga réalisée au Crédac à l’occasion de son exposition en 2021. (lien vers)

Infos pratiques :

Retenue
Jusqu’au  07.01 2024
Dans le.cadre des 50 ans.

CAPC musée d’art contemporain de Bordeaux
7 Rue Ferrere
33000 Bordeaux

https://www.capc-bordeaux.fr/