Cédric Teisseire : « Ce qu’ont pu vivre les artistes du spectacle vivant pendant cette période, c’est le sort en continu des plasticiens »

Cédric Teisseire, directeur artistique du 109 et de la Station, Nice juillet 2020 photo MdF

Membre fondateur de la Station, directeur artistique du 109, artiste et professeur à l’école Supérieure d’art et de design de Toulon, Cédric Teisseire ne ménage pas son énergie et ses compétences pour défendre une scène artistique locale niçoise, multipliant les projets et les synergies avec d’autres acteurs comme la Villa Arson dont il est diplômé. Il dresse le bilan de cette période à la veille de la grande exposition de réouverture des résidents de la Station et du 109 : « Voilà l’été.. »_ qui se veut un signal de soutien et de confiance en l’avenir pour tous les artistes fragilisés par cette crise. Rencontre avec un humaniste convaincu qui pose les jalons du monde d’après avec lucidité et optimisme.

L’exposition de réouverture “Voilà l’été”… : genèse et enjeux

Monsieur le Maire Christian Estrosi nous a proposé de rouvrir les espaces d’exposition au public plus tôt en organisant un évènement en phase avec la saison touristique de la Ville de Nice, axée sur la culture. Le 109 était selon lui l’une des clés de voute de cet accueil au public, aussi nous avons dû monter ce projet très rapidement. Après ces 2 mois de confinement il y avait une véritable attente et énergie de la part des artistes, en arts visuel mais aussi dans les arts-vivants, musique, cinéma, danse… J’ai alors conçu un évènement dans le prolongement de ceux précédemment organisés intitulés : « Éclairage public », un week-end par an autour d’une programmation très éclectique et pluridisciplinaire (arts plastiques et vivants mais aussi musiques, fodding, cinéma..) avec le principe cette fois, de le déployer sur tout l’été.

D’une part nous proposons l’exposition des artistes résidents du 109 au nombre de 46, étendus à un invité chacun, selon ma suggestion, ce qui réunit au final une centaine d’artistes répartis dans la grande halle de 109 et La Station. A cette exposition, s’ajoute tous les vendredis et samedis du cinéma en plein air avec l’association Autour d’eux, la cinémathèque de Nice et le cinéma de Beaulieu, du théâtre avec les compagnies de l’Entre-Pont, le Hublot de la danse contemporaine avec les compagnies Trans et Antipodes, la cie Humaine également résidents de la structure. Et tous les samedis après-midi de 16 à 19h, Belaprèm’, de la musique organisée par Panda Events autour de transats, tables et buvettes pour venir passer un moment de vraie convivialité et de partage.

Voilà l’été…109 Nice, juillet 2020 photo Marie de la Fresnaye

Quels sont les critères d’attribution et modes de fonctionnement des résidences ?

Il y a plusieurs modalités. Il y a d’une part les ateliers d’artistes de la Ville de Nice d’une durée de 1 ans renouvelable 2 fois (pour être plus précis), sur un appel à candidatures sur dossier avec descriptif du projet et justificatif d’une activité d’artiste principale. Une commission se réunit ensuite pour déterminer le recrutement de ces artistes.

En ce qui concerne la Station le fonctionnement est différent et se base sur un échange de compétences, les artistes résidents payant leur loyer par leur travail et leur compétences techniques pour l’organisation du lieu (programmation, expositions, entretien du lieu). Cela permet à la Station de fonctionner avec des budgets très réduits et grâce à cette force et énergie commune des artistes présents, nous pouvons produire des projets, accueillir le public et aussi proposer aux artistes un véritable outil professionnel fonctionnant comme une plateforme pour les collectionneurs, galeristes, directeurs de centres d’arts et autres amateurs.

Voilà l’été…109 Nice, juillet 2020 photo Marie de la Fresnaye

En tant qu’artiste comme avez-vous vécu ce confinement ?

J’ai vécu ce confinement de manière assez sereine offrant un moment de pause et de recul au milieu de mes activités diverses en tant qu’artiste mais aussi directeur artistique du 109 et de la Station et enseignant à l’Ecole des Beaux Arts de Toulon. Cela m’a permis de faire le point quant au développement de ces projets et ma situation personnelle en tant qu’artiste. Ce genre de période permet de reconsidérer et reconstruire ses convictions pour retrouver l’énergie de repartir.

Mais cette parenthèse est vite devenue longue surtout que je ne pouvais pas venir travailler dans mon atelier, le 109 étant totalement fermé à cause des restrictions sanitaires. En ce qui concerne la Station et le 109, après le 11 mai, l’objectif était de pouvoir récupérer nos locaux pour pouvoir travailler sans accueillir du public et ensuite reprendre les activités dévolues à ces structures.

A titre économique, l’impact s’est fait sentir au niveau de mes projets qui ont été décalés ou ajournés et j’ai perdu presque la totalité de mes revenus artistiques.

Dans les arts visuels ce n’est pas comme dans le spectacle vivant où des questions de billetterie interviennent. Pour nous, c’est comme si nous vivions cette situation toute l’année et tout le temps ! Ce qu’ont pu vivre les artistes du spectacle vivant c’est un peu le sort des plasticiens en permanence, ne sachant jamais quand on va pouvoir vendre, exposer et être rémunérer pour le travail réalisé.

Cedric Teisseire Accrochage chez Bel Oeil à Nice

Y a-t-il eu des mesures de soutien à Nice et lesquelles ?

Elles ont été nombreuses ici aussi avec Botox(s) par exemple, qui va lancer une vente de soutien pour les artistes et la Ville de Nice également, qui a suspendu les loyers et créée des aides spécifiques pour ceux qui n’avaient pas d’ateliers de la ville de Nice afin qu’ils puissent régler leur loyer en ville, de même que notre exposition collective qui se veut une forme de soutien aux artistes. Je tenais à montrer le foyer de créativité à Nice autour des artistes qui y travaillent et y vivent, au public niçois mais également étranger pour témoigner de cette scène locale forte.

Voilà l’été…109 Nice, juillet 2020 photo Marie de la Fresnaye

A cela se sont ajoutées des mesures gouvernementales avec le Cnap. Le Frac Paca a également lancé un appel à candidatures pour des achats autour d’une trentaine d’artistes sur la région Paca. Il y a eu un sursaut qui a permis de mettre en lumière la précarité des artistes, qui n’est pas nouvelle. Ce confinement et cette crise n’ont fait que révéler une situation qui existait déjà. Nous devons à présent réfléchir sur des modes de fonctionnement plus pérennes pour les artistes.

Quels liens gardez-vous avec la Villa Arson ?

Nous travaillons beaucoup avec la Villa Arson, il y a un lien étroit qui perdure car la plupart des artistes résidents de La Station sont  issus de cette école qui nous apporte un soutien important. Elle fait partie des meilleures écoles d’art en France et quand j’ai créé la Station avec mes camarades à l’époque, nous voulions souligner cette marque de fabrique et garder cette richesse et ce creuset existant pour que l’on ne soit pas uniquement à Nice dans une étape transitoire.

Et en termes de marché y aura-t-il selon vous, de vrais changements ?

Je n’en suis pas certain, même si cette crise va rebattre les cartes et voir la disparition d’un certain nombre de galeries qui évoluaient dans le milieu sans avoir une assise assez solide, que le confinement a fragilisé. Au final je pense que les artistes déjà reconnus et qui marchent vont s’en sortir mais pour la plupart des autres, je crains que rien ne change radicalement.

Quelles sont les leçons de cette crise ?

On s’aperçoit aussi dans ces périodes que le rôle des artistes est essentiel, que la culture l’est également dans une société telle que la nôtre. On a pu constater beaucoup d’inventivité par de larges propositions qui ont émergées pendant ce confinement que ce soit en arts visuels, littérature, musique, danse, cinéma, vidéo… dans un flux constant, comme une nécessité, un besoin de nourriture spirituelle, visuelle et intellectuelle.

On réalise aussi que l’industrie du tourisme est très dépendante de la culture qui est un vecteur d’attractivité économique capital qui remplit aussi bien les musées, les cinémas, les restaurants… On met toujours l’industrie automobile en avant alors que les chiffres prouvent que la culture rapporte plus en France.

En écoute : FOMO_Podcast

Cedric Teisseire, directeur de la Station et du 109, artiste

Infos pratiques :

Voilà l’été…

Avec :

Grande Halle :

Frédéric ALEMANY > Marie LARROQUE-DARAN
Martin CAMINITI > Benjamin BICHARD
Mona BAKOULI > FONDATION RENÉ D’AZUR : Gilbert Caty, Frédéric Clavère, Vérana Costa
Hugo BENCHIMOL > Lucas VIDAL
Marc CHEVALIER > Gillian BRETT
Johan CHRIST-BERTRAND > Elvire MÉNÉTRIER
Noël DOLLA > Emmanuelle VILLARD
Kristof EVERART > Maxime PUGLISI
Anne FAVRET & Patrick MANEZ > Maxime PARODI
Anne GERARD > Helen COOK
Karim GHELLOUSSI > Jacqueline GAINON
Jérôme GRIVEL > Pierre DESCAMPS
Aïcha HAMU > Isabelle REY
Thierry LAGALLA > Sylvie RÉNO
Sandra LECOQ > Bérénice MAYAUX
Arnaud MAGUET > Olivier MILLAGOU
Florent MATTEI > Jérémy GRIFFAUD
Fiorenza Floraline MENINI > UNLOCKED WOMEN
Frédéric NAKACHE > Yayoi GUNJI
Jürgen NEFZGER > Etudiants d’Aix-en-Provence
François-Xavier ORSINI > Stéphane ACCARIE
Gérald PANIGHI > Laurie JACQUETTY
François PARIS > Céline MARIN
Loïc LE PIVERT > Collectif SUPER ISSUE
Jean-Simon RACLOT > Marion JAULIN
Caroline RIVALAN > Emmanuelle NÈGRE
Olivier ROCHE > Nathalie CHRISTOPHE
Mathieu SCHMITT > Antoine LOUDOT
Quentin SPOHN > Amandine BRULÉE
Anna TOMASZEWSKA > Eglé VISMANTÉ
Benjamin VAUTIER > Stéphane STEINER
Agnès VITANI > Fafé MARTINETTI
Junko YAMASAKI > Louis-Frédéric APOSTOLY et Nils FOGEL

La Station :

Tom BARBAGLI > Benoît BARBAGLI
Simon BÉRARD > Adrien FLORÈS
Jeanne BERBINAU-AUBRY > Guillaume GOUEROU
Arnaud BIAIS > Maxime DUVEAU et Quentin DUPUY
Pauline BRUN > Diane BLONDEAU et Diane AUDEMA
Valentin FALINE > Marion COURTOIS TSCHIRHARDT
Tom GIAMPIERI > Xavier MICHEL
Ludovic LIGNON > Isabelle SORDAGE
Omar RODRIGUEZ SANMARTIN > Raphaël EMINE
Justin SANCHEZ > Julien DUBUISSON, Maggy CLUZEAU
Jérémie STRAUCH > Donia OUASSIT
Cédric TEISSEIRE > Morgan PATIMO
Agathe WIESNER > Coline DUPUIS
Anne-Laure WUILLAI > Camille FRANCH-GUERRA

Exposition dans la Grande Halle du 109 et à La Station

Ouverture les mercredi et jeudi de 13h à 19h

les vendredi et samedi de 13h à 21h

Du 11/07 au 29/08

http://le109.nice.fr/

http://www.lastation.org/

Cédric Teisseire : clap de fin !

Samedi 18 Juillet, de 10h00 à 13h00, on vous propose un finissage de l’exposition de Cédric Teisseire, en présence de l’artiste…

Site de Cédric Teisseire :

cedricteisseire.net